Et si c'était du vaginisme?

Par Sabrina Leblanc de SomeonexSomeday

Vaginisme. Bien que le nom peut sonner doux à nos oreilles, il s’agit d’une difficulté qui peut plutôt engendrer beaucoup de frustration chez certaines femmes.

«Pourquoi je suis incapable? Pourtant j’ai tellement le goût».

«Après avoir essayé quatre, cinq, six fois, je ne me sentais pas normale. C’est sensé être simple».

«Ça ne rentre pas. Pas que je veux pas. Ça ne fonctionne juste pas».

C’est quoi?

Petite définition 101. Prenez un respire, la prochaine phrase est pas pire longue. Le vaginisme est caractérisé, par le Laboratoire de recherche sur la sexualité humaine de l’Université d’Ottawa, comme étant « une contraction protectrice de la musculature de l'entrée vaginale qui rend les pénétrations vaginales pendant le sexe, avec un tampon, et/ou pendant les examens gynécologiques, pénibles ou impossibles.» Tout ce jargon pour finalement dire qu’une femme souffrant de vaginisme peut avoir l’incapacité d’avoir une pénétration dans le vagin, que ce soit avec un doigt, un jouet sexuel, un pénis, un tampon, etc.

Pour s’aider à visualiser le vaginisme, prenons les exemples utilisés par le Centre Obstétrique et Chirurgie Gynécologique de Lyon qui sont, à mon humble avis, pas pire pentoute!

Notre corps, pour nous protéger de toute intrusion, possède un système réflexe ( bien fait pareil! ). Si un insecte ou un objet s’approche trop de tes yeux, ils vont se fermer instinctivement, sans même que tu en aies le contrôle. Même chose si tu reçois un coup dans le ventre (pas que je te le souhaite, l’exemple est pour la cause). Tes muscles abdominaux vont se contracter de façon spontanée. Lorsqu’une femme souffre de vaginisme, on parle d’un processus semblable, soit celui de serrer involontairement les muscles vaginaux, rendant ainsi la pénétration douloureuse ou impossible.

Cercle vicieux

L’incompréhension peut causer beaucoup de stress pour une femme vivant cette situation et ainsi, intensifier le trouble sexuel. En effet, le stress et l’activité sexuelle ne font généralement pas bon ménage. On peut ressentir de la honte, se sentir anormal ou trouver cela injuste. Aussi, il faut comprendre que le vaginisme peut être provoqué par diverses causes: impression que le pénis est trop gros pour l’espace restreint du vagin (dans le cadre d’une relation hétérosexuelle), peur de la pénétration, sécheresse vaginale, antécédents d’agression sexuelle, peur des itss, crainte d’une grossesse, douleurs lors de la pénétration, etc.

Pourquoi parler de cercle vicieux? Prenons l’exemple d’une femme qui appréhende la douleur liée à la pénétration parce qu’elle a peur que l’espace du vagin soit trop petit. Ses muscles pelviens, périnéaux et vaginaux pourraient alors se contracter (vaginisme). Si la pénétration est tout de même tentée, on peut avoir le même feeling​ que celui de frapper un mur. On peut s’imaginer la douleur que cela provoque pour la femme/personne ayant un vagin, mais imaginons d’autant plus l’appréhension grandissante lors de la prochaine activité sexuelle. Plus la perception de la douleur est présente, plus le vaginisme s’amplifie.

Appréhension de la pénétration - contractions involontaires - tentative de pénétration - douleurs physiques - perception de la douleur accentuée - repeat.

Ok, mais encore?

Bien qu’on peut parler de cercle vicieux, rassurez-vous qu’il est possible de s’en défaire. Alors que beaucoup de femmes croient qu’elles ne parviennent pas à la pénétration en raison de leur physiologie, par exemple le fait que leur vagin est trop petit, il s’agit bien plus souvent d’une cause psychologique. Pour cette raison, une prise en charge psychologique peut être bénéfique et une approche de désensibilisation graduelle à la pénétration vaginale peut être travaillée avec une sexologue psychothérapeute. On peut alors apprendre à détendre petit à petit ses muscles et ainsi reprendre un certain contrôle sur son corps. Des exercices peuvent vous être expliqués par la professionnelle afin de vous aider à détendre vos muscles.

Sources

Laboratoire de recherche sur la sexualité humaine de l’Université d’Ottawa. Vaginisme. En ligne:

https://sciencessociales.uottawa.ca/recherche-sexualite-humaine/troubles-douleur-sexuelle-genitale/vaginisme

Centre Obstétrique et Chirurgie Gynécologique de Lyon. Sexologie - vaginisme. En ligne:

https://www.chirurgie-gynecologie-obstetrique.com/sexologie-vaginisme

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés